Notre Ville
Avril

 

Karaté
Musique pour les uns, kions pour les autres


© Erwan Guillard
Fitness, baby-karaté ou close combat, le BMS karaté propose différentes activités et marie le côté sympathique d’un moment ludique avec l’exigence d’un art martial.

Une grande famille. Où chacun trouve son bonheur en fonction des différentes activités proposées par le BMS karaté (BMSK). Ainsi un jeudi soir, au dojo Langevin, à partir de 18h, l’on croise de multiples profils. Il y a le bambin qui nage un peu dans son kimono, sa maman qui pousse jusqu’au tatami du fond pour son cours de karaté «punching et fitness» ou son grand frère qui bosse ses mouvements pour le passage de grades de la semaine suivante. D’ailleurs soyons précis, ici l’on parle de kions.
Car le karaté est un sport très codifié, cet art n’est pas martial pour rien. Pourtant, l’équipe du BMSK ne force pas sur l’amidon quand elle lave ses kimonos et sait se faire moins tatillonne. En lançant des activités de close combat, de fitness ou de baby-karaté. L’occasion de permettre aux plus grands d’aborder le sport de manière différente pendant que leur rejeton, après avoir fait ses premiers katas dans le cours dédié aux plus jeunes, s’apprête à passer sa ceinture verte, assidu qu’il est aux entraînements de karaté plus traditionnel.
Séances où les entraîneurs du club n’hésitent pas à utiliser des plots ou des punching-balls. «Cela reste du karaté mais en plus ludique. C’est un nouveau type de pédagogie pour le karaté, ce n’est pas spécifique au Blanc-Mesnil mais nous sommes encore peu à innover dans cette voie», explique Stephan Garabet, trésorier et un des entraîneurs du club. Qui propose donc karaté «fitness», où l’on reprend les mouvements du karaté… en musique. Et on s’y soigne, à en croire Sylvie, qui y a «récupéré de capacités de coordination de mouvement. Je me suis musclée et n’ai plus mal au dos», se félicite-t-elle.
L’équipe du BMS marie le côté sympathique d’un moment ludique avec l’exigence d’un art martial. «Nous sommes satisfaits quand les jeunes repartent avec le sourire», poursuit Stephan. On comprend donc que la compétition n’est pas une priorité ici, juste une possibilité. Même s’il se félicite des derniers résultats du club lors de la coupe de ligue disputée au gymnase Delaune les 13 janvier et 3 février (voir la rubrique Actualités pour le détail), où plusieurs jeunes du club se sont qualifiés pour la coupe de France. «Les seniors font peu de compétitions. Ce sont généralement des personnes qui ont dépassé la trentaine. Qui cherchent principalement à progresser dans leur sport et à décrocher une ceinture noire. Nous les encourageons ensuite à passer des diplômes pour qu’ils puissent encadrer les jeunes», complète-t-il. Famille encore. Histoire d’assurer la relève en se reposant sur des passionnés qui ont envie de s’investir dans le club.
Des passionnés aux personnalités bien différentes. Quand le président Daniel Bertrand entraîne avec la rigueur d’un Japonais pas trop porté sur la déconne, Vincent, qui vient d’encadrer les jeunes pousses aux ceintures jaunes et oranges, fait figure de «papa poule».
Les suivants arrivent. C’est Bernard qui s’y colle et commence la séance par le traditionnel échauffement et ses non moins incontournables tours de tatami. Au loin la musique du fitness fait imaginer des combattants aux partenaires fantômes, soufflants, mais s’éclatant…

Stéphane Legras

--------------------------------------------------------------

BMS karaté. Pour tous renseignements, contactez le 01 64 01 09 09.

 

Archives des articles

© 2008 Blanc Mesnil Sport Judo. Site Officiel. Tous droits réservés.
Association Loi 1901 : n° 093 200 82 39 - Affiliation FFJDA : n° IE 93 93 370 0 - Agrément DDJS : n° 93 SP 513

#AJAX_Pense_pas_bete#
#AJAX_Derniers_resultats#
#AJAX_Tournoi_de_la_ville_de_Blanc_Mesnil#
#AJAX_MaJ#

/