Notre ville
Mai
 
 
 
Basketball
De l'élan pour la montée

© Erwan Guillard
«Dès qu’ils sont sur le terrain, ils sont sublimés par l’envie de gagner» dit d'eux leur entraîneur. Depuis quelques mois, les joueurs de l’équipe première masculine du BMS basket semblent invincibles.

«Mais pourquoi diable l’inventeur du basket a-t-il fait nos cerceaux plus petits ?» Pas impossible que ce genre de réflexion désabusée traverse l’esprit des adversaires de l’équipe première masculine du BMS basket. Notamment depuis quelques mois, tant ils semblent invincibles. A la mi-mars, ils étaient premiers de leur championnat régional honneur, et malgré leur match en retard. Sachant que les deux premiers montent en division supérieure, tous les espoirs sont permis. Pourtant, John Tongo leur entraîneur garde la tête froide. «Attention, cela peut changer très vite !», prévient-il. Tout en reconnaissant un cercle vertueux de la victoire. «Quand on gagne, une sorte d’euphorie s’installe. Dès qu’ils sont sur le terrain, ils sont sublimés par l’envie de gagner», dit-il de ses joueurs.
Pour lui, ils sont aussi forts mentalement que physiquement (voir son interview). Alors que ce dernier loue leur esprit de camaraderie, un simple regard sur le parquet du gymnase Cotton, un mardi soir, alors qu’ils s’échauffent en début d’entraînement, vient confirmer ses dires. L’équipe est lancée dans un jeu qui travaille le démarquage, le déplacement et la coopération. Ça se marre en jouant sérieusement à gagner la partie. «Les deux tiers des joueurs se connaissent depuis qu’ils sont gamins», explique John. Or, un groupe qui se chambre sur le terrain est un groupe soudé veut l’adage sportif. Mais cela n’empêche pas la rigueur. Ainsi l’exercice est ponctué de séances d’abdos.
Les Blanc-Mesnilois ne sont pas spécialement grands - bon, certains culminent à 1m90, taille qui ferait pâlir d’envie certains grands dirigeants de ce monde - mais très physiques et performants en défense. La plus hermétique de son championnat. «Notre présence physique nous donne de l’aisance, de l’intensité et de l’efficacité», reconnaît John. Qui observe aussi une progression par rapport à la saison passée. «Nous sommes davantage capables de nous adapter à l’adversaire. On tente parfois des systèmes de défense que nous n’avions pas testé à l’entraînement. Et ça marche !» L’essentiel de l’équipe est issu du club. L’un a même fait un passage en nationale 3. Un exemple pour ses camarades de parquet, car si l’entraîneur ne fixe pas réellement d’objectif, la montée doit forcément titiller les esprits, d’autant que s’ils la décrochent, ils ne seront plus qu’à deux marches du niveau national.
Retour à l’entraînement. Il s’agit maintenant de travailler l’adresse et le physique, en enchaînant des tirs en situation de jeu à nombre réduit. Loin d’être maladroits, les sociétaires du BMS enquillent les paniers à trois points. Mais le club ne veut pas se limiter à la compétition et la marie à la pratique dite «loisir». Le nombre de licenciés aurait même tendance à croître, flirtant maintenant les 140, notamment grâce à l’école de basket. Le club reste familial. Lors des matchs de championnat, les familles des joueurs se massent au bord du terrain. Enfants compris. Une relève pour plus tard ? «Nous essayons en tout cas d’inciter tous les jeunes pratiquants à prendre la relève des dirigeants», confirme John. Une volonté d’asseoir le club, de lui donner des structures solides et un encadrement étoffé, avec par exemple deux salariés à plein temps. John et Mamadou qui entraînait quelques minutes auparavant l’équipe cadet.
Optimiste pour la fin de la saison, John craint tout de même la fatigue de ses joueurs. «C’est un championnat exigeant et tout peut arriver.» D’autant que le calendrier est quelque peu taquin avec les Blanc-Mesnilois. Sur les sept matchs qu’il leur reste à disputer, cinq sont à l’extérieur. Sur le parquet de Cotton, ils continuent à enchaîner les paniers, comme un réflexe. Un ballon traîne ? Bah je le range dans son panier. Zut ce dernier est percé, le ballon revient… Et je recommence… Pendant des heures chaque semaine. Et les résultats sont pour l’instant plus que flatteurs.

Stéphane Legras

--------------------------------------------------------------

BMS basket. Pour tous renseignements, contactez le 01 48 67 52 89 ou le 01 48 65 46 94.

 

Archives des articles

© 2008 Blanc Mesnil Sport Judo. Site Officiel. Tous droits réservés.
Association Loi 1901 : n° 093 200 82 39 - Affiliation FFJDA : n° IE 93 93 370 0 - Agrément DDJS : n° 93 SP 513

#AJAX_Pense_pas_bete#
#AJAX_Derniers_resultats#
#AJAX_Tournoi_de_la_ville_de_Blanc_Mesnil#
#AJAX_MaJ#

/