Notre ville
Mars


 
Centre médico-sportif
Le sport c'est la santé


© Erwan Guillard



           Profiter des bienfaits du sport en évitant des risques physiques ! Au centre médico-sportif, Natacha Bercessio-Nguon connaît bien les pathologies liées aux athlètes de haut niveau et aux amateurs. Elle y pratique une médecine avant tout préventive.

           Non, ce n’est pas une formule toute faite comme les apprécie votre grand-mère : le sport, c’est vraiment la santé, il faut absolument s’en persuader. C’est d’ailleurs le credo que souhaite populariser Natacha Bercessio-Nguon, depuis son arrivée au centre médico-sportif du Blanc-Mesnil.
En poste depuis novembre dernier, elle a à sa disposition un équipement municipal de grande qualité. «Investir de la sorte dans la médecine préventive à destination des sportifs est un choix politique de la Ville qui a été un élément décisif au moment d’accepter ce poste» explique-t-elle d’ailleurs volontiers.
«La médecine du sport est une spécialisation qui se fait après les études de médecine générale. Mais nous ne sommes pas très nombreux, et la plupart des médecins du sport sont recrutés par des structures professionnelles, des clubs ou des fédérations sportives.»
           Venir au Blanc-Mesnil était donc un choix mûrement réfléchi pour une spécialiste qui souhaite avant tout mettre au service de tous des compétences particulières, centrées sur la spécificité des pathologies liées au sport. «On distingue habituellement les athlètes qui pratiquent de façon intensive pour obtenir des performances, les amateurs, et ceux qui optent pour un entretien physique.» 
           Mais dans tous les cas, Natacha Bercessio-Nguon est présente pour guider le sportif et lui éviter de mettre sa santé en danger et ne pas transformer une activité physique en activité à risques.
           Car la médecine sportive est avant tout une médecine préventive, qui dépasse largement le simple cadre du fameux certificat médical d’aptitude, obligatoire pour toute inscription dans un club. Carole Stoller, secrétaire médicale au centre médico-sportif depuis près de vingt ans, connaît presque tous les pratiquants de la ville. «Nous recevons près de 2 400 personnes chaque année, confirme-t-elle. Et nous procédons à un examen réellement centré sur les pratiques sportives. Une douzaine de minutes de tests préalables, de mesures diverses allant de la masse graisseuse à la capacité pulmonaire, sans oublier un questionnaire très complet. C’est après seulement que les sportifs rencontrent le docteur pour un entretien détaillé et un examen physique approfondi.» 
           Et ce soin scrupuleux est lié à des impératifs médicaux. «Il existe en réalité, précise le docteur Bercessio-Nguon, des conditions particulières pour pouvoir être licencié fédéral et des contre-indications très variables dont il faut tenir compte car chaque fédération sportive veille à la santé de ses licenciés par une réglementation médicale adaptée.» 
           Ainsi une personne souffrant, sans le savoir après un accident de voiture, de lésions aux cervicales peut parfaitement s’adonner au football mais encourt un risque majeur à pratiquer le rugby au poste de première ligne. Un tympan inflammé n’empêche nullement l’exercice de la course mais interdit temporairement la plongée sous-marine. Autant de détails caractéristiques qui font la spécificité de la médecine sportive et la nécessité de la consultation au centre. Et pour les plus prévoyants, le certificat médical d’aptitude est valable un an, sauf exigence particulière du club : une information à retenir en prévision des inscriptions en septembre.
           En plus de cette attention particulière centrée sur les sportifs de tout niveau, Natacha Bercessio-Nguon compte également développer une action auprès des personnes sédentaires, souhaitant pratiquer une activité physique pour des raisons de santé. «Une activité adaptée peut avoir un effet très positif sur les questions de surpoids et d’obésité, mais aussi pour de nombreuses autres pathologies liées au stress par exemple.» Là encore, l’originalité de la médecine sportive permet de proposer des pistes réellement adaptées et personnalisées. La démarche sera menée en relation avec les centres municipaux de santé. Non seulement les professionnels de la santé au Blanc-Mesnil connaissent les bienfaits du sport pour leurs patients, mais le docteur Bercessio-Nguon va assurer au centre de santé Pierre Rouquès une consultation de traumatologie qui permettra de prendre en charge les patients, en liaison avec les kinésithérapeutes et l’ensemble de l’équipe médicale. 
           Des élèves de l’école multi-sports aux patients des centres de santé, en passant par les membres de clubs blanc-mesnilois ou les amateurs, chacun a une bonne raison de se féliciter de l’existence d’un centre médico-sportif au Blanc-Mesnil. Alors, écoutez donc les conseils de votre grand-mère.

Mathieu Renversade




Le centre médico-sportif du Blanc-Mesnil se situe au stade Jean Bouin 106, avenue Charles Floquet. Il est ouvert lundi de 9h à 12h30 et de 14h à 18h, mardi de 9h à 13h et de 14h à 20h, mercredi de 14h30 à 18h, jeudi de 10h à 12h30 et de 14h à 18h, vendredi de 8h30 à 13h, samedi de 9h à 13h. Rendez-vous et renseignements au 01 48 67 17 15 ou par mail : [email protected]



Retour aux Archives

© 2008 Blanc Mesnil Sport Judo. Site Officiel. Tous droits réservés.
Association Loi 1901 : n° 093 200 82 39 - Affiliation FFJDA : n° IE 93 93 370 0 - Agrément DDJS : n° 93 SP 513

#AJAX_Pense_pas_bete#
#AJAX_Derniers_resultats#
#AJAX_Tournoi_de_la_ville_de_Blanc_Mesnil#
#AJAX_MaJ#

/